Nos 5 missions

1. Education et pédagogie

 

Beaucoup de personnes sont passionné chacun à leur manière par la biodiversité et ne laissent pas par leur visite dans les zoos la faune sauvage  « dite en liberté »dans l’anonymat   "des soit disant espaces libre mais plein de processus de destruction massifs (déforestation, braconnage, chasse ludique etc.) cette biodiversité est partout en voie de disparition accélérée.

Les zoos reçoivent chaque année plus de 30 millions de visiteurs en europe.si seulement 1% au cours de ces visites soit 300 000 sont sensibilisés et deviennent des militants de la biodiversité. C’est un pas considérable. Car la faune sauvage. Peut  compter sur eux

 Rien ne remplace le contact direct avec la faune sauvage pour véritablement se sentir concernés ce ne sont pas des reportages à la tv ou des livres qui font devenir militant, c’est utile mais largement insuffisant ; il faut voir en vrai. Beaucoup de visiteurs en particuliers les plus jeunes nous parlent pendant les visites et nous font part de leur désir de s’investir dans la sauvegarde de ce qu’ils voient. Les zoos sont le thermomètre du mal être ce n’est pas la peine de le casser. Ils disent qu’il y a « malaise ’dans la civilisation »(emprunt à Freud) plus que tout autre médias.

De fait

L'urbanisation a éloigné les personnes du contact avec la nature sauvage et les animaux.

Les parcs zoologiques présentent des animaux vivants qui, par leurs mouvements, leurs comportements leurs modes de communications gestuelles comportementales ou phoniques sensorielles, leurs empreintes olfactives, leur modes de socialisations et bien d’autres informations  vont susciter des émotions, des interrogations, parfois un malaise dans ce qu’ il nous renvoie de l’état de la biodiversité , de nous même,mais aussi ,émerveillements et empathie qui vont  marquer durablement les visiteurs.

Au zoo

Enfants et adultes peuvent observer les animaux de près tout en apprenant à les connaître et voir en miroir notre propre humanité dans ce qu' elle a de commun et de différent avec ce monde animal dont nous partageons les origines et le destin .

Les panneaux d'information et les pancartes signalétiques sur les espèces animales permettent aux jardins zoologiques de transmettre aux visiteurs un maximum de connaissances, tel que le mode de vie de l'animal, ainsi que ses caractéristiques particulières, son habitation, sa description physique, ...

Bientôt nous mettrons progressivement en place des programmes interactifs - primate homos sapiens- et autres différentes espèces de la faune sauvage  ainsi que des programmes pédagogiques pour les écoles, adaptés au niveau d'études des enfants

Au de la de la sensibilisation à la faune sauvage la démarche qui consiste à rencontrer par tous moyens le vivant  dans ses différentes formes et problématiques, témoins de l’état de la planète ,permet à chacun ,de décider d’inscrire sa présence au monde dans un projet personnel ou collectif  en harmonie avec tout ce qui le constitue : monde animés ou animés qui constituent ce monde et son évolution, ses cultures humaines ou animalières voire les conditions de son devenir.

Sensibiliser le maximum de personnes particulièrement  les jeunes à la place de l’homme dans la biodiversité et son rôle spécifique sur cette biodiversité dont il est le fruit et l’acteur politique  c’est un véritable marqueur de notre humanité

 

 

2. Divertissement du public

Les jardins zoologiques présentent des animaux venus du monde entier et originaires des cinq continents. Le but étant de susciter l'intérêt du public et exciter la curiosité des petits et des plus grands.

Les parcs zoologiques sont des lieux de détente et de loisirs pour les habitants de la métropole et les touristes.

Pour permettre une découverte récréative de leurs animaux, certains parcs ont aménagé en plus de la traditionnelle visite à pied, des circuits voiture, bus ou train. Pour satisfaire un large public, des parcs zoologiques ont évolué en ajoutant un certain nombre d'attractions touristiques au sein de leur parc. D'autres, à titre privée, ont construit des structures d'hébergement de type hôtelier pour augmenter le temps de séjour de leurs visiteurs au-delà de la journée.

3. Conservation des animaux

Avec l'avancement du progrès scientifique et technologique, la pollution et la déforestation ont augmenté de façon spectaculaire, affectant l'habitat de certaines espèces animales.

Les parcs zoologiques doivent contribuer à la protection de la nature en transmettant un savoir, mais aussi en défendant le droit des animaux à conserver un espace naturel intact.

Pour cette raison, l'un des seuls moyens d'éviter l'extinction de certains animaux est de les élever en captivité. De nombreuses espèces ont déjà réussi à se reproduire en captivité et plus tard, ont pu être réintroduites dans la nature. Aussi, le zoo a pour rôle de protéger les animaux sauvages plutôt que de les exploiter.

L'existence même des parcs zoologiques n'est en réalité légitime que dans la mesure où ils contribuent à la conservation des espèces animales.

Le monde des parcs zoologiques est restructuré par la création et la fédération d'associations nationales (AFDPZ, ANPZ, CEPA en France, CAZA au Canada) et internationales (EAZA pour l'Europe, AZA pour l'Amérique du Nord, WAZA au niveau mondial) et la mise en place de Plans d'élevage européens en 1985 et nord-américains en 1981. Ces organisations tendent à regrouper les parcs dans leur volonté de conservation.

Par ailleurs, il existe une grande coopération entre les zoos qui s'échangent ou se donnent les animaux sans leur appliquer de valeur monétaire. Ceci a pour but d'optimiser la reproduction et d'éviter toute consanguinité. Il est très important que les parcs zoologiques travaillent ensemble pour la protection des écosystèmes et des animaux en voie de disparition.

4. Bien-être des animaux

Le monde des zoos doit faire face à beaucoup de problèmes par rapport au bien-être des animaux sauvages en captivité.

L'ennui et le stress demande un concept d'enrichissement du milieu. Il s'agit d'améliorer l'environnement physique, social et psychologique des animaux. Dans cette optique, une politique actuelle tend à réaliser des enclos les plus proches possibles du milieu naturel (chose parfois délicate à faire : problème d'espace, d'écologie, d'environnement social...).

Des études d'enrichissements du milieu sont mises en place avec plus ou moins de réussite, pour faire face à l'ennui et aux comportements dits stéréotypés (répétition à l'infini d'un comportement précis : tourner en rond, suite de geste...).

La santé des animaux est très importante. C'est pourquoi, les animaux sont encouragés à se comporter comme s'ils étaient libres dans la nature. Dans le cas contraire, les animaux sauvages peuvent entrer en dépression ou agir de façon anormale en captivité.

Cette volonté d'améliorer le bien-être des animaux sauvages en captivité n'est toutefois pas facile à mettre en place du fait du manque de financement pour permettre aux parcs publics une restructuration efficace.

La majorité des zoos français et européens font des efforts dans ce sens et se restructurent peu à peu pour offrir aux animaux des enclos qui se rapprochent le plus possible du milieu naturel de l'espèce.

 

5. Recherche scientifique

lion

Les jardins zoologiques ont aussi une fonction importante de recherche sur les animaux sauvages.

Les zoos se consacrent à la recherche sur les animaux, vivant en captivité ou en liberté, pour acquérir des connaissances précises qui sont indispensables pour améliorer l'élevage en captivité et pour protéger la faune sauvage.

Certains parcs zoologiques, comme le notre, travaille sur la psychologie animale. Les recherches portent sur le comportement des animaux.

En apprenant et en observant le mode de vie des animaux, nous contribuons à leur préservation en mettant en place tout ce qui aide à la reproduction des animaux sauvages et à leur santé.

Des programmes de recherche portent, par exemple, sur les techniques de reproduction assistée, la nutrition, le traitement des maladies, et le suivi des animaux dans la nature.